La sécurité d’abord pour les entreprises locales

Voilà environ un an que les commerces d’Orléans suivent les réglementations liées à la COVID-19. Masques, visières et panneaux de plexiglas font désormais partie du quotidien.

Il n’est pas toujours facile de respecter les consignes, mais tous considèrent maintenant ces mesures comme étant normales… et absolument essentielles. 

Par exemple, des pénuries d’équipement de protection individuelle (ÉPI) se sont déclarées peu après le début du confinement en avril 2020. « Nous avons eu des moments assez tendus pour trouver du désinfectant à main et des lingettes », se souvient Leslie Burtch, copropriétaire de Quilty Pleasures. L’entreprise axée sur l’art de la courtepointe a désormais un fournisseur commercial qui l’approvisionne en ÉPI en continu. S’ajuster aux réglementations changeantes pose aussi des défis. Les commerces d’Orléans doivent composer avec les mises à jour émises par le gouvernement et la Santé publique Ottawa, ainsi qu’avec les difficultés financières et opérationnelles entraînées par la COVID-19. Et ce, tout en répondant rapidement aux besoins de leur personnel, de leur clientèle et de leurs fournisseurs. 

« C’est devenu très important de s’adapter », explique Leslie — d’abord en mettant en quarantaine les boîtes de produits à l’extérieur, et maintenant en se protégeant contre la transmission par voie aérienne. La confection étant dans l’ADN de Quilty Pleasures, les tabliers de son personnel arborent un rappel brodé (sous forme de jeu de mots) de maintenir la distance sociale. Leslie et son équipe s’efforcent de démontrer que nous sommes tous dans le même bateau et de remonter le moral des troupes tout en protégeant la communauté.

D’autres, comme la brasserie Ste-Marthe, ont installé des panneaux de plexiglas en plus d’adhérer rigoureusement aux règlements existants. 

Parmi les solutions créatives mises en place, des entreprises ont instauré un système de réservation qui permet de rencontrer les clients sur rendez-vous pour assurer leur sécurité. Beachcomber Hot Tubs utilise notamment ce système. 

Beaucoup d’autres entreprises du secteur des services ont adopté les appels téléphoniques et les vidéoconférences pour servir leur clientèle. Parmi elles, des entreprises de la ZAC œuvrant dans les secteurs de la santé, du droit et de la finance.

Par ailleurs, Sure Print demeure un fournisseur de choix pour ses services d’impression et d’affichage — et devient un partenaire incontournable en offrant aux entreprises des outils de réouverture, comme des autocollants pour planchers, portes et fenêtres, des affiches et enseignes de directives, et des menus jetables. 

Monica Alongi, propriétaire de Sure Print, précise : « Notre comptoir de vente est équipé d’écrans protecteurs et de suffisamment de bouteilles de désinfectant à main pour assurer la sécurité du personnel et de la clientèle. » Sure Print offre aussi la collecte à l’auto pour les personnes qui hésitent à entrer en magasin. 

Tandis que toutes les entreprises ont installé l’affichage mandaté par la ville, certaines ont ajouté des enseignes et des autocollants de plancher, par exemple des flèches pour diriger la circulation de façon sécuritaire. Et toutes, bien sûr, fournissent du désinfectant à main à l’entrée. Même si l’ensemble des commerces espèrent un retour rapide à la normale, ils sont bien décidés à continuer d’offrir l’expérience la plus sécuritaire possible. 

En dépit des nombreux défis, la créativité et l’innovation suscitées par la COVID-19 pourraient avoir des effets positifs sur les entreprises pendant des années. Cette période de changements dramatiques leur donne l’occasion de se réajuster, de se réinventer et de se renouveler, pour émerger encore plus fortes qu’avant. 

Les petites entreprises du Cœur d’Orléans peuvent ainsi s’aligner avec les nouvelles habitudes de la clientèle. Les gens vivent, achètent et pensent différemment. Les nouvelles façons de faire perdureront bien au-delà de la COVID-19, changeant ainsi ce que nous valorisons, où et comment nous achetons, et comment nous vivons et travaillons.

Back to Top